GET

GREAT EST TEAM


    poker Le langage du corps : les tells

    Partagez
    avatar
    lacotinarde
    Capitaine GET
    Capitaine GET

    Messages : 144
    Inscription le : 09/09/2009

    poker Le langage du corps : les tells

    Message par lacotinarde le Dim 4 Oct - 8:36

    Au-delà du style de jeu spécifique à chacun et de la personnalité propre des joueurs, le langage du corps est lui, universel. Objet de science, ce langage qui s’exprime souvent de manière inconsciente et incontrôlée enseigne quelques éléments très profitables aux joueurs de poker quand il est correctement décrypté.
    T2


    D’où les incontournables lunettes noires, casquettes et iPod qui fleurissent autour des tapis verts. Cet attirail et ces mines chez ceux qui se veulent impénétrables ont précisément pour objectif de masquer ce que les Anglo-Saxons nomment couramment les tells, ces comportements, réactions physiques, tics et autres manies susceptibles de trahir les joueurs, et de renseigner leurs adversaires sur les cartes qu’ils ont en main.

    Psychologues et experts de la gestuelle estiment ainsi que 60 % de notre communication n’est pas verbale : elle passe par notre corps. À titre d’exemple, notre visage, à lui seul, peut traduire jusqu’à deux cent cinquante mille expressions différentes. C’est dire l’importance de ce que l’on peut émettre et transmettre à travers nos moindres gestes, mimiques ou attitudes. Reste à savoir les détecter. Et à bien les interpréter ! aldo



    Les tells corporels


    Ceux-là sont généralement involontaires. Pour les identifier, il faut observer attentivement les autres joueurs. Une démarche qui, avant d’être fructueuse, peut prendre du temps. Au bout d’un certain nombre de mains pourtant, vous décèlerez forcément quelques-unes des manies de vos adversaires. Pour cela, prenez garde à ne pas vous jeter sur vos cartes aussitôt qu’elles sont distribuées : du coin de l’œil, observez les réactions des joueurs lorsqu’ils découvrent les leurs. Soyez également attentifs aux propos de vos adversaires. Au fil du temps, ils vous donneront de bonnes indications sur leur jeu, ou du moins leur état d’esprit. Un bavard se tait subitement ? Gare ! C’est le signe infaillible qu’il vient de découvrir des cartes extrêmement fortes.

    Tout d’abord, la posture générale : un joueur qui se porte vers l’avant, assis sur le rebord de sa chaise, indique de la faiblesse ; au contraire, un joueur confortablement calé dans sa chaise, attendant patiemment et les bras croisés que son adversaire se décide à le payer, dénote une grande force.

    Le fait de regarder ses jetons. C’est l’un des tells les plus universels et les plus faciles à identifier. Si l’un de vos adversaires y jette un œil immédiatement après avoir découvert ses cartes, il est probable qu’il est satisfait de son jeu. Il anticipe déjà son ouverture ou sa relance en estimant le nombre de jetons qu’il possède. Idem si le joueur observe ses jetons après le flop : cela peut signifier que celui-ci lui convient, et qu’il s’apprête à miser. En revanche, s’il regarde vos jetons, il y a de grandes chances pour qu’il jette finalement ses cartes. « Protéger » ses cartes, en posant ses mains ou ses jetons dessus, par exemple, est également un signe que l’on possède une bonne main.

    L’anxiété est un autre tell qui se décèle aisément. Les mains se mettent à trembler, la respiration s’accélère, la voix se fait plus aiguë… Ces signaux sont faciles à détecter, mais leur interprétation est plus hasardeuse. En effet, selon les individus, cette nervosité peut se manifester soit suite à un bluff, soit en raison d’une main très forte ! À vous de faire la différence en fonction de la personne à laquelle vous avez affaire, de sa personnalité et de sa façon de jouer, de ce que vous avez déjà pu apprendre à son sujet. Sachez néanmoins qu’une respiration saccadée ou des mains tremblantes sont presque toujours les signes d’une excitation, donc d’un gros jeu. À l’inverse, un joueur qui retient son souffle tente inconsciemment de se faire tout petit pour éviter un call.
    Enfin, et surtout, observez le regard de votre adversaire : ne dit-on pas que les yeux sont le reflet de l’âme ? Vous lirez dans ses yeux l’assurance ou le doute, le défi ou la crainte. Méfiez-vous d’un adversaire qui relance fortement et vous regarde droit dans les yeux, ignorant presque le flop, car ce comportement dénote souvent une très forte main. À l’inverse, un adversaire qui, impassible, garde les yeux rivés sur le pot, fait montre d’une certaine fébrilité. Il cache sans doute un bluff.
    jocolor


    SOS acteurs


    Ces tells-là sont à prendre au premier degré quand vous êtes face à un débutant. En revanche, face à des joueurs rusés et expérimentés qui connaissent tous ces tells, il va falloir vous méfier, car ils s’en serviront contre vous, en vous faisant un cinéma de tous les diables. Certains iront même jusqu’à feindre certains tells pour tromper l’adversaire. En la matière, il existe un principe de base, que nous devons à Mike Caro, l’auteur de la bible sur les tells* : « Paraître faible signifie être fort, et paraître fort signifie être faible. » Le poker étant le jeu de camouflage et d’esbroufe par excellence, les joueurs les plus avertis auront tendance à laisser transparaître le contraire de ce que suggère en réalité leurs cartes : simuler la faiblesse et la crainte alors qu’ils ont une main très forte ou feindre une inébranlable assurance en plein bluff. Méfiez-vous : les pros excellent à ce petit jeu ! Les plus sournois iront jusqu’à sous-jouer leurs mains. Faites donc particulièrement attention à un adversaire qui suit « mourant », mais qui suit quand même, pour finalement vous relancer au turn ou à la river.

    De même, un joueur qui hausse les épaules tout en suivant votre mise est sans nul doute très dangereux. Les phrases du type « je ne sais pas pourquoi je suis… » ou « je suis fatigué, je voudrais bien rentrer chez moi… » sont autant de pièges qu’il faut tâcher d’éviter. De manière générale, un adversaire qui semble se désintéresser de la partie alors qu’il en est encore possède la plupart du temps une main très forte, peut-être bien la main maximale…

    Un sourire forcé, une affabilité soudaine ou, au contraire, une subite arrogance ? Votre adversaire veut faire croire qu’il est à l’aise et confiant en ses cartes. Pour vous intimider, il vous regardera fixement, la tête inclinée vers l’avant, l’air quasi menaçant. Il aura d’ailleurs tendance à manipuler ses jetons pour vous obliger à penser qu’il est prêt à suivre votre mise, voire à surenchérir, l’objectif étant bien évidemment de vous effrayer pour vous inciter à passer. Dans ces cas-là, vous pouvez être à peu près sûr de votre coup ! En revanche, si votre adversaire fait mine de vouloir jeter ses cartes en affichant une moue dubitative, il y a tout lieu de se méfier : c’est une manière subtile de vous encourager à miser.


    Intoxication verbale


    Si les propos des uns est des autres sont une mine d’informations — conscientes ou inconscientes — inestimable, il ne faut toutefois pas se laisser intoxiquer par ses adversaires. Car les bons joueurs le savent : le meilleur moyen de faire disparaître la poker face* d’un adversaire, c’est de lui parler. De le cuisiner. Les phrases les plus courantes en l’espèce étant : « Tu veux que je te paye, ou pas ? », « Tu as l’As, hein ? », etc. Il faut toujours essayer d’en faire dire à votre adversaire plus qu’il ne veut en avouer. Avant de vous précipiter pour payer une enchère, que ce soit avant ou après le flop, prenez le temps de lui faire la causette, de votre ton le plus courtois. Vous parviendrez très certainement à lui arracher le mot ou la grimace de trop, qui vous conforteront dans votre call ou, au contraire, vous persuaderont qu’il vaut décidément mieux jeter vos cartes. ta gueule

    Comment masquer les tells ?


    Vous avez remarqué des tics chez certains joueurs ? Vous avez décelé leurs tells spécifiques ? Parfait… mais dites-vous bien qu’ils ont sans doute aussi détecté les vôtres ! Ne faites donc pas l’économie d’un petit bilan personnel.

    Première recommandation : demandez à un ami de vous observer pendant le jeu. Il vous dévoilera des aspects de vous-même qui risqueraient bien de vous surprendre !
    Secundo : si la plupart des joueurs (même d’un niveau moyen) parviennent à maîtriser correctement leurs expressions faciales, il est en revanche bien plus compliqué de dominer un tremblement de voix ou un changement d’intonation ; il est donc recommandé, en cas d’anxiété due à un bluff ou en cas d’excitation due à un gros jeu, de rester silencieux. De même, ne changez pas subitement de conversation. Ne passez pas non de la volubilité à un silence synonyme de concentration, et donc d’une main forte.

    Tertio, maîtrisez vos mains. Quelles que soient vos cartes, ne les frottez pas, ne les tordez pas. Ne vous tenez pas la tête, ne vous rongez pas les ongles. L’idéal est encore de garder ses mains à plat, sur la table, en toute circonstance.
    Cool

    Au final, la clé de l’« illisibilité » de votre jeu résidera dans la constance à toute épreuve de votre comportement. Restez donc calme, concentré, aimable mais distant, et vous deviendrez l’adversaire le plus obscur qui soit.
    :casino:


    _________________
    CLIC sur la bannière pour aller sur le Topic de la GET-Wam

      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 4:35